Articles associés

Qui est en ligne ?

Nous avons 48 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2362609

Rédaction

. Se connecter
Facebook, voix de la liberté et du racisme PDF Imprimer Envoyer
Écrit par JARRY Martin   
Mercredi, 23 Février 2011 19:02

Le réseau social Facebook fait en ce moment la une de nombreux média pour son rôle les différentes révolutions de ce début d'année. Pourtant, au travers de ses pages, des groupes prônent des idéologies et profèrent des propos bien souvent condamnables, en toute impunité. 

Quand grâce à Facebook, les dernières barrières  œuvrant contre liberté, notamment de la liberté d'expression, finissent par tomber, tout le monde s'enthousiasme. Le problème, c'est lorsque l’on apprend que Facebook est aussi un outil vecteur de racisme. Et force est de constater qu'à l'heure actuelle, le deuxième phénomène a le vent en poupe.

Dernière cible en date, les tziganes. Une kyrielle de groupes s'attaquant à ces populations proliféreraient sur Facebook. Certains ont des noms plutôt évocateurs : de "castrons les tzsiganes plutôt que les chiens errants" à "transformons les tziganes en savon". Interrogé par le Défi quotidien, Krishna Oolun, président de l'Information and communication technologies authority (Icta) reconnait que des abus sont régulièrement proférés sur les réseaux sociaux en général, et sur Facebook en particulier.

Mais pour lui, "il est impossible d'interdire cette pratique sans mettre à mal la liberté d'expression des internautes." Il existe cependant quelques solutions. Notamment celles consistant à obliger Facebook à livrer à Interpol, les adresses IP des contrevenants, toujours selon le président de l'Icta. Une solution qui permettrait peut-être d'appréhender les réseaux des organisations  néo-nazies, très fortement ancrées notamment du côté des pays de l'est comme en Bulgarie.

Dans un autre style,  et dans un pays voisin beaucoup plus proche de la Belgique cette fois, les jeunes des différentes communautés s'affrontent sur les murs du réseau social à grand coup d'insultes. En effet, en France, la mode est aux "français qui défient les arabes" ou aux "arabes qui défient les français". Mais une fois de plus, derrière ces messages, l’on retrouve le spectre de la politique et des formations extrémistes, plus  particulièrement.

"La loi de l'impunité qui prévaut..."

Ce qui est le plus étrange, c’est le manque de réaction de l’organisation Facebook face à ce genre de groupe. Nous sommes allés à la rencontre d’étudiants, utilisateurs du réseau social pour savoir ce qu’ils pensaient de cet état de fait. Pour Pauline, qui effectue son cursus en psychologie à Louvain-la-Neuve,  "beaucoup de propos relayés sur le site sont très choquants. Pour autant, je ne suis pas sûre qu’ils soient vraiment révélateurs d’un racisme grandissant. Je pense malheureusement que c’est la loi de l’impunité qui prévaut plutôt", annonce, un peu blasée, la jeune étudiante de 24 ans.

Marc, de son côté, est étudiant en mathématiques à l’Université libre de Bruxelles. Il ne s’explique pas non plus la profusion de certains groupes ouvertement raciste (il y en aurait pas moins de 200 visant uniquement les Roms, par exemple, selon un blog du site lemonde.fr) "J’ai déjà essayé de faire interdire un groupe qui proférait des propos raciste, mais cela n’a pas donné de suite."

Un site sans modérateur.

Pas étonnant, car selon les propos de recueillis par le Midi-Libre auprès de Henri Moissinac, directeur général de Facebook mobile France  "Il n’y a pas de modérateur  sur le site." En réalité, seuls des robots gèreraient le contrôle du contenu, en fonction des délations des internautes.

Un système plus qu’aléatoire, donc, et qui explique donc les manquements du site à certaines règles d’éthique. Car lorsque certains comptes sont supprimés au prétexte que leur utilisateur a changé trop de fois son nom, certains groupes tenant des propos juridiquement condamnables continuent  d’exister, en toute impunité.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.