Actualités

Les médias sont-ils libres?

"Les médias sont-ils libres ?", c’est la question à laquelle tenteront de répondre Jean-Jacques Jespers (ancien journaliste et professeur à l’ULB), Michel Collon (journaliste indépendant) et Thierry Fiorilli (éditorialiste-journaliste au quotidien “Le Soir”) au cours d'une conférence-débat ce 26 avril à l’Université Libre de Bruxelles. Plus d'infos

Articles associés

Qui est en ligne ?

Nous avons 94 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2363199

Rédaction

. Se connecter
Le master par alternance, une idée qui divise PDF Imprimer Envoyer
Écrit par JARRY Martin   
Vendredi, 11 Mars 2011 21:25

L'université et l'entreprise ne poursuivent pas toujours les mêmes desseins, loin s'en faut. Si chacune a besoin de l'autre pour survivre, il n'est pas toujours aisé de concilier  tous les intérêts. C'est ce qui arrive aujourd'hui avec un projet visant instaurer un "master par alternance." Une idée qui fait, de part et d'autres, des émules.

Les récentes déclarations de Renaud Mazy, administrateur délégué chez Baxter International Inc., ne laissent pas insensible. Et c’est le moins que l’on puisse dire.  Le représentant de la firme pharmaceutique basée à Lessines, a en effet appelé, dans le magazine des entreprises wallonnes Dynamisme, à un rapprochement entre les entreprises et les universités. "La seule question à se poser en tant qu’industriel, c’est de savoir ce que l’on va faire demain pour mieux former les jeunes diplômés.Son objectif : faire en sorte que les étudiants aient déjà un bagage professionnel avant leur entrée définitive dans le monde du travail.

Cette idée rejoint un des projets portés par Jean-Claude Marcourt, justement ministre communautaire de l’Enseignement supérieur…et ministre de l’Economie pour la région wallonne. Il consiste à faire évoluer le master, en une formation plus pratique. Un projet nommé "plan Marshall 2.vert." Concrètement, il s’agit d’intégrer le modèle de l’alternance dans les études supérieures, et notamment au niveau du master.

Selon le journal Le Soir, le projet prévoit de découper le master en deux années. La première serait destinée spécifiquement à la théorie, tandis que la seconde permettrait aux étudiants de s’aguerrir à la pratique au sein des entreprises. Une sorte de formation semi-professionnelle, en quelque sorte. Toni Pelosato, chef de cabinet de Jean-Claude Marcourt, réfute timidement cette idée de découpage : "Pour commencer, ça n’est encore qu’un projet pilote. De plus, la question du temps passé en entreprise n'est pas si importante. Ce qui est primordiale, c'est de penser que le master pourra devenir une formation estampillée par alternance et que tout le monde peut y gagner." Pourtant, c'est bien cette problématique du temps passé en stage, qui  semble motiver les entreprises à s'orienter vers ce changement.

Un unique métier dans une unique entreprise.

Si les entreprises sont donc apparemment très tentées par une telle formule, elle ne semble  pas du tout plaire aux étudiants, et notamment à la fédération des étudiants francophone (FEF). Pour Michaël Verbauwhede, le président de la FEF, ce projet traduit la volonté "d’obtenir des étudiants directement employables par les entreprises, dès la fin de leur cursus étudiant." Ce qui n’est pas vraiment démenti par Renaud Mazy, toujours dans la revue Dynamisme, lorsqu’il sous-entend vouloir s’inspirer "d’autres pays où les collaborations entre l’industrie et l’enseignement font que les jeunes peuvent directement travailler de manière efficace lorsqu’ils arrivent dans une entreprise." Mais pour le président de la FEF, l’objectif des formations est normalement de "doter ces étudiants d’un socle de connaissances et de compétences générales afin qu’ils ne se retrouvent pas bloqués, à ne pouvoir effectuer qu’un unique métier dans une unique entreprise, à leur arrivée sur le marché de l’emploi."

De fait, et cela peut se comprendre aux vues des opinions divergentes des différents acteurs du dossier, la FEF n’a pas été invitée à participer à l’élaboration du plan Marshall 2.vert. "Nous n’avons pas été associés à la démarche car les institutions dirigeantes connaissaient très bien notre position sur la question du développement de l’alternance dans les formations", explique Michaël Verbauwhede, qui dit "s’inquiéter pour le futur de l’enseignement dans les universités."

L'entreprise est déjà présente à l'université.

Pour le moment ces universités ne sont pas touchées par le plan Marshall 2.vert. Mais c’est avant tout parce qu’il n’en est aujourd’hui qu’au stade de projet pilote. Trois hautes écoles sont concernées par cette expérience, à Liège, à Namur et dans le Hainaut. D’ailleurs, lorsque l’on pose la question aux universités, il ne semble pas se dégager de position véritablement tranchée, pour l'instant. Vincent Wertz, prorecteur à la formation et à l’enseignement à l’Université catholique de Louvain dit sobrement ne "pas être persuadé que cette idée de master, et plus généralement que la formation par alternance, soit véritablement adaptée à l’université." Mais il ne ferme cependant  pas la porte "à certaines exceptions qui ne devront toutefois pas devenir la règle. Et puis, de toute façon, reconnait-il, l’entreprise est déjà présente, au moins en partie, à l’université. Je pense notamment aux différents stages qui existent déjà dans de nombreuses formations ou encore à un bureau de conseil qui s’est créé dans la section polytechnique, composé de représentants du monde professionnel."

Mais ce dont Vincent Wertz est sûr, c’est qu’il faudra, quoiqu’il arrive, qu’un équilibre s’instaure pour que "l’université et l’entreprise n’interfèrent pas l’une sur l’autre." Une phrase qui, à l’avenir, pourrait faire figure de prophétie, au regard des expériences de pays voisins comme l’Angleterre. Le gouvernement y autorise désormais certaines firmes à délivrer des diplômes, tel que le "baccalauréat McDonald's."

 

Crédit : www.blog.auris-solutions.fr

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.