Actualités

Les médias sont-ils libres?

"Les médias sont-ils libres ?", c’est la question à laquelle tenteront de répondre Jean-Jacques Jespers (ancien journaliste et professeur à l’ULB), Michel Collon (journaliste indépendant) et Thierry Fiorilli (éditorialiste-journaliste au quotidien “Le Soir”) au cours d'une conférence-débat ce 26 avril à l’Université Libre de Bruxelles. Plus d'infos

Qui est en ligne ?

Nous avons 64 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2360071

Rédaction

. Se connecter
Le quatrième pouvoir au service de la Justice ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Adrien LELEU   
Vendredi, 29 Avril 2011 21:23
Nouveau rebondissement dans l’Affaire Vangheluwe, ce 29 avril : la chaîne flamande VT4 a annoncé que la Police fédérale a saisi la bande d’enregistrement de l’interview de l’ancien Evêque de Bruges. L’entretien, diffusé dans l’émission “Vlaanderen Vandaag”, le 14 avril dernier, avait suscité la consternation en Belgique… Mais que fait la police ?

L’interview a été réalisée à La Ferté-Imbault, en Loir-et-Cher (France), dans le monastère où Roger Vangheluwe s’est retiré après avoir été contraint à l’exil par la Nonciature apostolique de Belgique, quelques jours auparavant. Alors sensé être en “traitement spirituel et psychologique”, l’ancien Evêque de Bruges, qui a déjà avoué avoir abusé d’un neveu pendant treize ans, révèle avoir pratiqué des attouchements sur un autre neveu mineur… Un aveu d’autant plus stupéfiant que le ton employé par le prêtre relève sinon du mépris pour ses victimes, au moins de l’insouciance !

Ses propos ont heurté l’opinion publique, déjà exaspérée par la passivité de l’Eglise catholique dans le dossier des prêtres pédophiles. Encore une fois, l’Archevêque André-Joseph Léonard s’est muré dans le silence et ce, jusqu’au dimanche de Pâques, le 24 avril dernier : dans une interview accordée à la RTBF, il a estimé que Roger Vangheluwe avait déjà été suffisamment puni en quittant immédiatement ses fonctions épiscopales et dit ne pas envisager de réduire le prêtre à l’état laïc… ajoutant à nouveau de l’huile sur le feu de la polémique ! Monseigneur Léopard a néanmoins jugé choquant et déplacé “le ton de vacancier” employé par Roger Vangheluwe et estimé qu’il n’aurait pas dû parler dans ces circonstances.

Une saisie, pour quoi faire ?

Le porte-parole de VT4, Tom Vander Steegen, a indiqué que “(son) service juridique a été avisé une heure avant la saisie” de cette bande d’enregistrement et a assuré de “la pleine collaboration” la chaîne de télévision avec la Justice. Du côté du Parquet fédéral, on se refuse à tout commentaire si ce n’est de dire que cette pratique n’est pas inhabituelle : “Le Juge d’instruction décide de tout ce qui est indispensable à l’établissement de la vérité et, s’il estime que cette interview est utile, il peut la saisir”. Quant à savoir dans quel cadre celle-ci serait utilisable, c’est une autre question. En effet, les abus sexuels avoués par Roger Vangheluwe sont depuis longtemps prescrits et seul le Vatican peut encore prendre des sanctions à l’égard du prêtre pédophile… Des sanctions qui se font attendre !

Romain Hissel s’explique !

Par ailleurs, la RTBF diffusait hier (jeudi 28 avril) des extraits d’un entretien avec Romain Hissel. A travers le récit de sa jeunesse tourmentée, le fils de l’avocat Victor Hissel y explique pourquoi il a tenté d’assassiner son père, en avril 2009… Et cela à quelques jours de son procès devant le Tribunal correctionnel de Liège. Si cela relève en fait d’une stratégie adoptée par la défense du jeune homme, on peut dès lors s’interroger sur la complicité des médias : en se répandant en confessions, Romain Hissel présente en fait sa version des faits. Or, pour rappel, l’ancien avocat des parents de Julie et Mélissa a interjeté appel de sa condamnation pour détention d’images à caractère pédopornographique, en septembre 2010, et la Cour d’Appel de Liège doit seulement rendre son avis le 23 mai prochain.

Entre présomption d’innocence et indices de culpabilité, prescription des faits et procès en cours, le quatrième pouvoir joue dangereusement avec les limites de l’information. A trop verser dans le pure sensationnalisme, la presse risque de plus en plus d’être soupçonnée de manipulation, voire d’être elle-même manipulée… et de se retrouver à son tour sur le banc des accusés de l’opinion publique !

 A.L.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.