Articles associés

Qui est en ligne ?

Nous avons 63 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2360070

Rédaction

. Se connecter
Facebook : le nouveau gadget des politiques PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Antoine Collard   
Vendredi, 27 Février 2009 13:32

Depuis l'apparition des sites de réseaux sociaux il y a quelques années, un nombre croissant de politiques y ont créé des profils et des pages à leur nom. Une fois que l’on a distingué les vrais des « fakes», créés par des amuseurs publics, on peut se rendre compte que la page de Michel Daerden sur Facebook possède 41 000 supporters. Ou que Jean-Michel Javaux pose fièrement avec le footballeur Axel Witsel sur sa photo de profil. Effet de mode ou vraie stratégie politique ?

Une utilisation judicieuse des sites de réseaux sociaux peut-elle aider les hommes et femmes politiques lors des grandes joutes électorales ? L'exemple d’Obama a tendance à le démontrer. Lors de la dernière campagne présidentielle américaine, le sénateur de l’Illinois a en effet pris le pas des dernières technologies. Les sites de réseaux sociaux ne furent pas en reste. Facebook fut notamment utilisé par Obama pour diffuser des vidéos de ses apparations télévisées, en partenariat avec de nombreuses chaînes américaines.

Pour Francois Heinderyckx, professeur de sociologie des médias et de communication politique à l’ULB, l’exemple des Etats-Unis n’est pas encore d’application en Belgique. « Dans le cas d’Obama, Facebook fut utilisé comme élément d’une stratégie, comme un maillon d’une chaîne qui permettait le recrutement des militants et qui ensuite leur donnait les outils pour effectuer un travail de terrain. Il n’y a, à ma connaissance, rien qui s’en approche en Belgique. Chez nous, il s’agit simplement d’un outil qui fait partie d’un kit, d’une palette d’outils minimum standards qui confère aux politiques une image d’hommes ou de femmes modernes, au même titre que l’étaient leurs premiers sites web il y a quelques années ». Pour l’expert, ce « retard » dans l’utilisation des réseaux sociaux ne serait pas attribuable à une frilosité de la part de nos hommes politiques mais plutôt à une forme de prudence. « Ils s’approprient les outils en attendant le moment opportun pour s’en servir. Ils se tiennent prêt pour le jour ou cela viendra à point. »

"Une manière de paraître plus proche des gens"


Le discours de Jean-Paul Bastin, directeur de la communication interactive au sein du CDH, semble aller dans ce sens. "Ici, on recommande aux hommes politiques d'utiliser Facebook, sans les y obliger. Pour eux, c'est une manière de paraître plus humain et plus proche des gens." Il existe peut-être un impact électoral mais "on se défend de transformer Facebook en excroissance de l'homme en campagne. C'est avant tout une initiative personnelle". Au sein du MR, même son de cloche, on nous confirme que "contrairement à ce qu'on pourrait croire, Didier Reynders gère seul son profil Facebook".

On est donc encore bien loin de l'image d'un outil contrôlé en permanence par de fins stratèges de la communication. Mais il sera intéressant de suivre attentivement l'évolution de ce gadget lors des prochaines élections régionales.

 

A découvrir aussi dans notre dossier :

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Sarah  - Classement des hommes plitiques sur Facebook   |88.177.201.xxx |2009-03-12 10:50:34
Bonjour !
Pour plus de détails, retrouvez le classement des hommes politiques
sur Compol , le blog de la communication politique :
http://www.mille-watts.com/compol/2009/03/12/le-cl
assement-des-hommes-politiques-sur-facebook/
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.