Qui est en ligne ?

Nous avons 62 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2360289

Rédaction

. Se connecter
L’éco-blanchiment, qu’est-ce que c’est ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jean-Jacques Bartholomei   
Mercredi, 04 Novembre 2009 12:24

@ EcojovenesUne nouvelle façon de blanchir de l’argent ? Un lave-linge plus économique ?  Pas du tout ! C’est un procédé marketing qui vise à donner une image écologique à une entreprise, par exemple, alors que celle-ci ne fait rien, ou presque, pour l’environnement.

Il existe de nombreuses définitions de l’éco-blanchiment, appelé aussi désinformation verte. Cependant, le terme reste absent des dictionnaires Larousse ou Robert, pour ne citer qu’eux.

 

  • « Le comportement d'entreprises nocives du point de vue social ou environnemental qui tentent de préserver et étendre leurs marchés en se présentant comme des amis de l'environnement et des leaders dans le combat pour éradiquer la pauvreté ». (www.corpwatch.org)
  • « L’écoblanchiment, éco-blanchiment ou blanchiment écologique est un procédé de marketing utilisé par une organisation (entreprise, gouvernement, etc) dans le but de donner à l'opinion publique une image écologique responsable, alors que plus d'argent a été investi en publicité verte (la couleur verte symbolisant ici l'écologie) qu'en de réelles actions en faveur de l'environnement. (...) Le terme vient de l'anglais greenwashing ». (http://fr.wikipedia.org)

Un site français des Verts, le parti écologique, propose « quelques exemples de techniques de communication utilisées par les entreprises pour manipuler les consommateurs et "écoblanchir" leurs produits ». Vidéos et affiches s’exposent sur le site. Le but, lutter contre cette forme de communication. Les publicités sont classées selon des types d’éco-blanchiment définis par écoblanchiment.com.

  1. Le cheval de Troie : cette technique de publicité consiste à mettre en avant une toute petite partie écolo-compatible de l’activité d’une entreprise afin de masquer toutes les autres activités polluantes.
  2. Le cynisme : ces publicités utilisent des arguments écologistes, alors même que le caractère ultra-polluant des produits qu’elles promeuvent est connu de tous ! La superposition de ces deux dimensions, sans aucune vergogne et aucune tentative de faire croire à aucun effort de la part du producteur est le label de cette technique.
  3. Les labels écrans : un label ou un logo sont sensés être une garantie, ce que nos amis du marketing appellent une « promesse ». Mais parfois, les promesses ne sont pas tenues, quand certains logos sont directement inventés par le publicitaires afin d’induire les consommateurs en erreur.
  4. Brouillage de cartes : avec ces publicités, on en sait encore moins avant qu’après ! Ou tout du moins les informations fournies orientent les citoyens sans leur donner toutes les informations nécessaires pour se forger une opinion solide. De là à croire que ces campagnes de communication sont orchestrées pour brouiller les pistes, il n’y a qu’un pas…
  5. Le double discours : lorsque l’on tient un discours écolo que personne n’osera critiquer… mais que dans les faits, les pratiques des entreprises demeurent aussi peu écologiques que par la passé (ou presque), cela s’appelle du double discours

Exemple de "label écran" selon écoblanchiment.com.

Il existe un code de conduite pour les publicitaires belges, et plus précisément, un code en matière de publicité écologique. C’est le Jury d’éthique publicitaire (JEP) qui l’a édité. L’article 4 de ce code est assez proche de l’éco-blanchiment :

  • « Lorsque la publicité fait état de la contribution d'une entreprise ou d'un groupe d'entreprises à la protection de l'environnement, la référence à des produits, services ou actes particuliers ne peut laisser croire sans justification qu'ils sont représentatifs de l'ensemble de l'activité de l'entreprise ou du groupe d'entreprises ».
Rester critique vis-à-vis de la publicité permet, bien souvent, de remettre en perspectives les informations données. Et donc, de ne pas subir passivement la communication des publicistes.
Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Green IT  - Des exemples dans l'informatique   |84.100.165.xxx |2011-03-23 10:41:27
Des exemples d'écoblanchiment dans le domaine de l'informatique et des
appareils électroniques : http://www.greenit.fr/tag/greenwashing
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.