Actualités

"Avorter à 20 ans. Décision intime"

Suite du cycle "Sex and the University", organisé par le centre de planning familial Aimer à l'ULB. Ce mardi 3 mai, c'est le droit à l'interruption volontaire de grossesse qui est mis en avant, avec la projection du film "If These Walls Could Talk" et les témoignages d'anciens et actuels médecins, accueillants et animateurs d'Aimer à l'ULB, pionnière dans la lutte pour le droit à l'avortement. L'événement aura lieu dans la Salle Dupréel. Plus d'infos.

Qui est en ligne ?

Nous avons 35 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2361066

Rédaction

. Se connecter
Quand les caméras de surveillance piègent des policiers ripoux PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Raphaël Cayrol   
Mardi, 08 Décembre 2009 12:26
D’habitude, les forces de l’ordre sont plutôt derrière la caméra, à l’heure où la vidéosurveillance investit de plus en plus l’espace public.

Selon une vidéo mise en ligne par Europe1.fr, deux policiers parisiens ont prétexté un contrôle d’identité pour voler une boutique parisienne de téléphonie. Devant l’objectif, un des policiers enfile un brassard de police avant de contrôler les papiers des vendeurs. Ensuite, il fonce droit sur le tiroir-caisse. Dans ses poches, mais devant la caméra, il amasse cartes téléphoniques et billets de banque.

Mais pourquoi relayer ce fait-divers ? D’abord parce que ce contrôle, présenté comme une perquisition, vise des vendeurs d’origine étrangère. Plus grave encore, lorsqu’ils comprennent l’arnaque, les commerçants rattrapent les policiers dans la rue. Quand les renforts arrivent, le voleur montre sa carte de police et prétend avoir subi une agression pendant un contrôle. Bilan : une nuit au poste pour les employés. Ce ne sera que le lendemain qu’ils pourront prouver leur bonne foi, images à l’appui.



Après leur garde à vue à l’Inspection générale des services, les deux policiers corrompus ont été mis en examen pour vol en réunion par personne dépositaire de l’ordre public. Au lieu d’être en détention provisoire, ils sont placés sous contrôle judiciaire : ils ne peuvent plus porter d’arme, ni exercer leur métier, ni se contacter.

Sans ces enregistrements, les vendeurs auraient-ils été poursuivis pour avoir agressé des policiers ?

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.