Actualités

"Avorter à 20 ans. Décision intime"

Suite du cycle "Sex and the University", organisé par le centre de planning familial Aimer à l'ULB. Ce mardi 3 mai, c'est le droit à l'interruption volontaire de grossesse qui est mis en avant, avec la projection du film "If These Walls Could Talk" et les témoignages d'anciens et actuels médecins, accueillants et animateurs d'Aimer à l'ULB, pionnière dans la lutte pour le droit à l'avortement. L'événement aura lieu dans la Salle Dupréel. Plus d'infos.

Qui est en ligne ?

Nous avons 63 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2361102

Rédaction

. Se connecter
Changer nos habitudes pour consommer moins d'énergie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Aurélie Marchand   
Jeudi, 10 Décembre 2009 17:04

Kevin Maréchal vient de présenter sa thèse sur l'économie liée au changement climatique. Ce travail met en lumière nos mauvaises habitudes de consommation qui participent au réchauffement climatique. Le jeune homme propose des outils pour changer ces comportements qui menacent l'avenir de notre planète. Nous l'avons rencontré.

Le travail du jeune chercheur s'inscrit dans une approche pluridisciplinaire. Il touche aux sciences, à l'économie, mais surtout à la sociologie et à la psychologie. "Cette pluridisciplinarité était à la fois un atout et une difficulté pour ma thèse", remarque Kevin Maréchal.

D'après lui, il faut envisager d'une autre manière l'économie politique qui porte sur les questions environnementales. Notre système économique traditionnel n'est pas en adéquation avec la politique de lutte contre le réchauffement climatique. Celui-ci implique que nous devons diminuer notre consommation d'énergie. Pourtant, notre société pousse constamment à l'achat, à la course à la haute technologie. Et donc à une consommation excessive et abusive.

C'est ce paradoxe qui a déterminé Kevin Maréchal à se lancer dans cette thèse, entamée en 2005 au Centre d'études économiques et sociales de l'environnement (CEESE).

Une économie respectueuse de l'environnement

À 32 ans, l'économiste et titulaire d'un master en gestion de l'environnement (IGEAT), tente de répondre à une question très actuelle. Comment développer un modèle économique alternatif qui permettrait une politique climatique respectant notre planète?

Nous sommes enfermés dans un système de consommation où le carbone occupe une place prépondérante. "Les responsables de ces mauvaises habitudes, ce sont nos institutions, notre éducation et notre système socio-technique", explique le chercheur. "Ils nous ont habitués à l'emploi de combustibles fossiles pour nous chauffer, manger, nous laver...". Or, l'utilisation de ces combustibles fossiles est la principale cause du problème de l'effet de serre.

Mais comme le souligne Kevin Maréchal: "Il est difficile de changer nos habitudes de consommation". C'est, selon lui, aux décideurs politiques de nous sortir de ce système socio-technique nocif pour l'environnement. Ils devraient mettre en œuvre des mesures pour créer des instruments et une technologie plus en accord avec les engagements de Kyoto.

Attention aux fausses bonnes intentions! 

Kevin Maréchal montre que les innovations technologiques en terme de protection environnementale ne sont pas bénéfiques si elles ne sont pas accompagnées d'un changement de nos comportements de consommation. Un exemple est parlant selon le jeune homme: celui des frigos. Nous sommes nombreux à opter pour les frigos au label énergétique A+ ou A++, moins énergivores que les autres. "Mais cet achat de sert à rien si la personne qui l'achète utilise encore son ancien frigo dans la cave!", souligne-t-il.

Autre aspect intéressant dégagé dans la thèse du jeune homme: le moment adéquat pour changer d'habitudes semble correspondre aux moments de "transition" dans une vie.

En clair: "Tout comme il a été montré que les femmes enceintes étaient plus réceptives aux considérations diététiques, les gens qui viennent de déménager sont plus enclins à revoir leurs modes de déplacement", explique le chercheur. "Les changements de contexte perturbent les habitudes en place et constituent donc des fenêtres d'opportunité (pour faire évoluer les comportements)".

Des efforts à faire à l'ULB

Prenons par exemple l'ULB. D'après Kevin Maréchal, ses infrastructures ne sont pas encore tout à fait au point. "On constate d'importantes pertes d'énergie dues tant à la mauvaise isolation des bâtiments qu'à l'impossibilité, dans de nombreux bureaux, de moduler la température au niveau des radiateurs. Par exemple, il n'est pas rare, dans mon bâtiment, de voir de nombreuses fenêtres ouvertes en plein hiver pour refroidir les bureaux ! ", regrette le chercheur.

Kevin Maréchal nourrit bien des projets de recherche. Après un repos bien mérité suite à ce travail de longue haleine, il compte poursuivre des études sur la mobilité et l'énergie. Et ce, toujours sous l'angle de nos habitudes et du changement de nos comportements.

Pour lutter contre le réchauffement climatique, ce sont des gestes simples qu'il faut mettre en œuvre au quotidien. Alors, mettons un gros pull cet hiver au lieu d'allumer le chauffage!

 

Plus d'informations sur cette thèse:  "L'économie du changement climatique et le changement de climat en économie"

 

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.