Actualités

"Avorter à 20 ans. Décision intime"

Suite du cycle "Sex and the University", organisé par le centre de planning familial Aimer à l'ULB. Ce mardi 3 mai, c'est le droit à l'interruption volontaire de grossesse qui est mis en avant, avec la projection du film "If These Walls Could Talk" et les témoignages d'anciens et actuels médecins, accueillants et animateurs d'Aimer à l'ULB, pionnière dans la lutte pour le droit à l'avortement. L'événement aura lieu dans la Salle Dupréel. Plus d'infos.

Qui est en ligne ?

Nous avons 66 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2361390

Rédaction

. Se connecter
A Tournai, la prohibition cuvée 2009 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Raphaël Cayrol   
Mercredi, 03 Février 2010 17:59

 

La nuit, au cœur du vieux centre de Tournai, un curieux ballet de voiture se joue devant les magasins de nuit. Interdits de vendre de l’alcool après 22h, les achats se font sous le manteau, avec une voiture prête à partir si la police débarque.

 

Etudiant ou retraité, le règlement est le même pour tout le monde. Dans les magasins de nuit, de 22h à 5h du matin, un rideau opaque cache les boissons alcoolisées. En réaction à la mort d’un tournaisien dans une bagarre, la Ville de Tournai a pris cette décision surprenante il y a plusieurs mois. Mais parallèlement, les élus ont autorisé les cafetiers à ouvrir jusqu’à 5h grâce à des dérogations. S’agit-il de caresser dans le sens du poil  des cafetiers, puissants car nombreux à Tournai ? « Le problème n’est pas de protéger les cafés par rapport à une concurrence déloyale. Le soucis, c’est qu’on retrouve des gens en état d’ébriété qui crient, qui urinent dans la rue ou qui vomissent », se défend le commissaire Dominique Leroy. « Et puis, c’est différent car la loi de répression de l’ivresse s’applique dans les bars. » Résultat, il est beaucoup plus difficile de poursuivre le caissier d’un magasin que le responsable d’un café. Du coup, « je ne vois pas le problème d’interdire à toute personne l’achat d’alcool après 22h », ajoute-t-il, inflexible.

« Ca paraît hallucinant, quand on est majeur, de devoir se cacher pour acheter une bière », témoigne Martin, stagiaire de 25 ans. « Si des amis arrivent chez vous à l’improviste, et que vous n’avez d’alcool, en effet, il est probable que vous payez pour les autres, ceux qui achètent des bouteilles et les consomment en groupe sur la voie publique », répond l’officier de police.

Alors, comment font-ils, ceux qui veulent s’acheter ne fut-ce qu’une bière après 22h ? « Cela se passe sous le manteau, comme dans ces vieux films mafieux », complète Martin.
Hier, le propriétaire d’un magasin de nuit s’est fait prendre en train de vendre de l’alcool. Il a donc du payer une amende de 650€. Si cela se reproduit, il devra fermer définitivement. Edouard, un habitué de ce magasin de nuit, explique comment cela fonctionne en pratique : « Le vendeur nous demande de cacher les boissons dans des sachets et si la voiture est garée pas trop loin. Donc on se met juste devant puis on part directement en voiture », de façon à éviter la police. « Sans voiture, je ne sais pas comment on ferait », ajoute l’étudiant français en kinésithérapie à Tournai.
 
Cette scène, on l’observe des dizaines de fois chaque nuit. La routine s’installe, mais les prix demeurent les mêmes. Une situation que ne nie pas le commissaire Leroy : « On est conscient de ces ventes. On applique la tolérance zéro, mais à moins d’installer des caméras partout ou de placer des policiers en civil à chaque magasin… »
Santé !

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.